Après 35 ans d’interdiction, les salles de cinéma de nouveau autorisées en Arabie saoudite

Après la fin de l’interdiction de conduire pour les femmes, c’est au tour du cinéma. L’Arabie saoudite a annoncé, lundi, son intention d’autoriser l’ouverture de salles obscures après 35 ans de prohibition.

 

L’Arabie saoudite a décidé d’autoriser l’ouverture de salles de cinéma publiques, dès 2018, mettant fin à une interdiction de ces lieux de spectacle dans le royaume depuis plus de trente-cinq ans.

« C’est un moment clé dans le développement de l’économie culturelle dans le pays », a déclaré, lundi 11 décembre, le ministre de la Culture Awad al-Awad dans un communiqué. Les autorités vont délivrer dès à présent les permis d’exploitation, a-t-il ajouté.

Dans le cadre d’un ambitieux plan de réformes économiques et sociales soutenu par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, le gouvernement tente de promouvoir des formes de divertissement – concerts, spectacles, cinémas – dans le royaume wahhabite malgré l’opposition des milieux ultra-conservateurs.

Le cinéma saoudien reconnu internationalement

En janvier, le mufti d’Arabie saoudite s’était insurgé contre la possible ouverture de salles de cinéma, affirmant qu’elles seraient sources de « dépravation » car elles favorisent la mixité.

Même si les salles publiques étaient interdites, le cinéma saoudien n’en est pas moins devenu reconnu internationalement. La comédie romantique « Barakah Meets Barakah » de Mahmoud Sabbagh a ainsi été projetée à la Berlinale en 2016, tandis que « Wadjda » de Haifaa Al-Mansour a été en 2013 le premier film national à participer aux Oscars du meilleur film étranger.

Parmi les autres réformes sociétales, Riyad a annoncé, en septembre, la fin de l’interdiction de conduire pour les femmes à partir de juin 2018.

 

France 24/ AFP