Avec l’appli Absher, les Saoudiennes contrôlées au doigt et à l’œil

Parmi d’autres fonctions, l’appli Absher permet aux hommes «gardiens» des femmes dans les familles saoudiennes de surveiller encores plus leurs déplacements.

Une application saoudienne permettant notamment de contrôler les mouvements des femmes est dénoncée par les organisations des droits humains et un membre du Congrès américain, qui appellent Apple et Google à suspendre son téléchargement.

Lancée depuis 2015 par le gouvernement saoudien, l’application Absher – un nom tiré d’une expression du dialecte local qui peut être traduite par «à vos ordres» –, compte 11 millions d’utilisateurs dans le Royaume, soit près de la moitié de la population. Car il s’agit d’un portail permettant à tous les habitants, hommes ou femmes, d’accéder à toutes sortes de services en ligne: formalités administratives, comptes en banque, paiement du stationnement. Mais parmi ses nombreuses fonctions, elle autorise les «gardiens», c’est-à-dire les personnes souvent en charge d’une famille – père, fils majeur ou grand-père –, à contrôler les déplacements et empêcher les sorties du territoire des personnes dont ils ont la charge.

«Les sociétés américaines ne devraient pas faciliter le patriarcat du gouvernement saoudien»

Parmi ces dernières, les épouses, sœurs et filles, dans un pays où les femmes dépendent encore de la tutelle des hommes. Selon la loi rigoriste du Royaume elles n’ont pas le droit de se marier, de signer un contrat de travail et surtout de voyager sans l’approbation de la personne ayant autorité sur elle. Même si dans la pratique, les Saoudiennes se sont affranchies de ces mesures, y compris en étant récemment autorisées à conduire une voiture, la possibilité pour les hommes de contrôler leurs mouvements demeure. Grâce à Absher, lorsqu’une femme s’identifie auprès des autorités, dans un aéroport ou à un poste-frontière, son mari peut être prévenu de sa localisation par SMS et tous ses déplacements sont enregistrés sur l’application.

 

Les patrons d’Apple et Google ont été interpellés cette semaine, notamment par le sénateur démocrate américain Ron Wyden. «Les sociétés américaines ne devraient pas faciliter le patriarcat du gouvernement saoudien en permettant aux hommes saoudiens de contrôler les membres de leur famille à partir de leurs smartphones», écrit Wyden dans la lettre qu’il a adressée aux deux géants de la technologie. Chez Apple, Tim Cook, qui n’avait pas entendu parler de l’application, a promis d’enquêter rapidement sur la question. Mais jusqu’au week-end dernier, on pouvait en moins d’une minute télécharger Absher sur iPhone à partir de l’Apple Store.

 

Libération