Indre : un professeur des écoles suspendu pour avoir enfreint le principe de laïcité

Un professeur des élèves des écoles de Malicornay, dans l’Indre, a été suspendu par l’inspection académique. Il aurait enfreint le principe de laïcité en abordant avec ses élèves des passages de la Bible, révèle France Bleu Berry jeudi.

Un professeur des écoles de Malicornay, dans l’Indre, a été suspendu par l’inspection académique parce qu’il aurait enfreint le principe de laïcité en abordant avec ses élèves de CM1/CM2 certains passages de la Bible, rapporte jeudi 2 mars France Bleu Berry. Une sanction très rare et très sévère, « disproportionnée », selon les syndicats et les élus des communes concernées par le regroupement pédagogique intercommunal dans lequel cet enseignant exerce.

Décision provisoire

L’affaire ne sera évoquée officiellement avec les services de l’Éducation nationale que lundi prochain, en commission académique paritaire. Mais la suspension temporaire du professeur, qui enseigne depuis deux ans à Malicornay, est déjà effective depuis lundi. Sa classe a été confiée à une remplaçante.

Il lui serait reproché d’avoir commis plusieurs entorses au principe de laïcité en enseignant à ses élèves de CM1/CM2 des passages de la Bible. L’information aurait été communiquée à l’inspection académique via une lettre signée d’un mystérieux collectif de parents d’élèves. Une inspection a été diligentée, à la suite de ce courrier, et a conduit à la suspension sans préavis du professeur. Une décision provisoire mais exceptionnelle.

Une sanction « exceptionnellement sévère »

Elle paraît même disproportionnée aux yeux de François Broggi, le maire de Badecon-le-Pin, l’une des communes du regroupement pédagogique intercommunal. Selon lui, l’enseignant, arrivé à Malicornay l’année précédente, est très apprécié de la quasi-totalité de ses élèves et de leurs parents. Il déplore que ni lui ni son homologue, le maire de Malicornay, la commune où exerce l’instituteur, n’aient été avisés de cette procédure.

L’étude de textes religieux à l’école publique demeure toutefois une démarche extrêmement sensible. Le principe de laïcité exclut l’enseignement religieux. Des passages de livres saints peuvent être étudiés mais de manière très encadrée et en évitant tout prosélytisme.

Les syndicats se montrent donc plutôt prudents face à cette affaire. Un responsable du Snuipp-FSU dans l’Indre estime que si les faits sont avérés, l’enseignant devra être « recadré ». Mais il déplore lui aussi une sanction « exceptionnellement sévère » qui ne viserait qu’à faire un exemple.

 

Franceinfo