Israël veut une ligne de train reliant le port de Haïfa à l’Arabie saoudite

Le ministre des Transports indique qu’il a commencé à consulter les dirigeants des pays concernés au sujet du projet qui faciliterait l’accès du Golfe à l’Europe

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Israël Katz ont convenu cette semaine de commencer à promouvoir leur initiative « Tracks for Regional Peace » [Des rails pour la paix régionale] qui créera une route commerciale reliant l’Europe avec le Golfe Persique et Israël, a rapporté la chaîne Hadashot samedi soir.

« Tracks for Regional Peace » prévoit l’extension des voies ferrées dans le nord d’Israël, qui relierait le port de Haïfa au réseau ferroviaire jordanien qui, à son tour, sera relié à celui de l’Arabie saoudite et d’autres États arabes sunnites.

Le projet prévoit la création d’un réseau de transport régional destiné à améliorer les relations commerciales et à promouvoir la coexistence pacifique.

Présentée sous la forme d’une vidéo de relations publiques réalisée par les services de Netanyahu et Katz, ce projet prévoit l’extension vers l’est de la ligne ferroviaire Haifa-Beit Shean jusqu’à la frontière jordanienne, ainsi qu’un arrêt à Jénine, associant ainsi les Palestiniens au projet dans son ensemble.

Les marchandises seraient expédiées d’Europe jusqu’à Haïfa, ce qui leur permettrait de contourner la Syrie déchirée par la guerre civile.

« Il y a deux éléments centraux au cœur de cette initiative », a expliqué M. Katz lors de la discussion sur le projet en avril dernier.

« Israël comme pont terrestre entre l’Europe et la Méditerranée et la Jordanie ; et la Jordanie comme plaque tournante régionale de transport, qui sera reliée à un réseau ferroviaire vers Israël et la Méditerranée à l’ouest ; vers l’Arabie saoudite, les États du Golfe et l’Irak à l’est et au sud-est ; et vers la mer Rouge, à travers Aqaba et Eilat, au sud ».

« Au-delà de sa contribution à l’économie israélienne, jordanienne et palestinienne, l’initiative reliera Israël économiquement et politiquement à la région et consolidera concrètement la situation dans la région », a-t-il affirmé.

L’infrastructure de transport existante en Israël, en Arabie saoudite et dans le Golfe permettra l’application de l’initiative dans un laps de temps relativement court, selon la vidéo de relations publiques.

Cette initiative offrirait également des routes commerciales plus courtes, moins chères et plus sûres compte tenu de l’instabilité régionale qui menace la circulation à travers le détroit d’Ormuz dans le golfe Persique et le détroit de Bab al-Mandab à l’extrémité sud de la mer Rouge.

Lors d’une réunion cette semaine, Katz et Netanyahu sont parvenus à un accord sur les détails du projet, ce dernier donnant instruction à son bureau de commencer à faire avancer le plan en consultation avec les États-Unis, l’Union européenne et divers pays du Moyen-Orient et d’Asie.

Israël s’attend à ce que les États-Unis jouent un rôle important en apportant un soutien politique au programme.

En réponse à une question du Times of Israel à Greenblatt sur ce sujet en avril, un fonctionnaire de la Maison Blanche a déclaré que la proposition était « intéressante », mais que les États-Unis n’avaient pas encore de position claire à ce sujet.

Bien que Katz ait déclaré s’être entretenu avec les dirigeants des pays concernés au sujet de l’initiative, rien n’indique que ces derniers aient accepté.

Le ministre des Transports, qui s’oppose à la création d’un état palestinien, a soutenu que le fait de relier les Israéliens et les Palestiniens au monde arabe sunnite augmenterait considérablement les échanges commerciaux et jetterait les bases d’une future paix régionale.

 

The Times of Israël