Le numérique pour faciliter le pèlerinage de la Mecque

L’Arabie saoudite a accueilli début août un « hackathon » de trois jours. Cette réunion de développeurs informatiques visait à trouver des solutions innovantes pour améliorer le confort et la sécurité des pèlerins musulmans.

Comment faciliter la vie des pèlerins et prévenir les accidents mortels pendant le hajj ? Ce sont les questions sur lesquelles ont planché, pendant trois jours, près de 3 000 développeurs informatiques réunis à Jeddah, en Arabie saoudite, à l’initiative de la fédération saoudienne pour la cybersécurité et la programmation, dans le cadre du plus grand « hackathon » jamais réalisé.

Le hajj est pour les musulmans le pèlerinage aux lieux saints de La Mecque et de Médine en Arabie saoudite. Il est l’un des cinq piliers de l’islam et se tient une fois par an, cette année du 19 au 24 août prochain.

Accidents à répétition

Près de deux millions de fidèles sont attendus pour effectuer ce pèlerinage. Or ce rendez-vous a été émaillé d’accidents mortels à répétition ces dernières années. En septembre 2015, un mouvement de foule avait coûté la vie à quelque 2 300 fidèles. Plus tôt dans le mois, une centaine de personnes avaient été tuées dans la chute d’une grue sur le chantier d’agrandissement de la grande mosquée.

La succession de drames mortels a mis en cause la capacité de l’État saoudien à assurer la sécurité des lieux saints, qui ont également été la cible, par le passé, de groupes terroristes. Or dans son plan de modernisation du royaume, le prince Mohammed Ben Salmane souhaite développer le tourisme religieux. Il prévoit de tripler le nombre de pèlerins pour en accueillir jusqu’à six millions pour le hajj.

 

La recherche de nouveaux outils

Le hackaton organisé à Jeddah a donc réuni des développeurs du monde. Ils ont rivalisé pour concevoir, durant trois jours, de nouveaux services numériques pouvant être utiles aux pèlerins. Cinq jeunes femmes saoudiennes, yéménites et érythréennes ont travaillé à la conception d’une application permettant aux ambulanciers d’atteindre rapidement des personnes ayant besoin de soins médicaux, à travers un système de géolocalisation.

Deux Pakistanais se sont associés à des étudiants d’Asie de l’est pour créer une « laisse virtuelle » permettant de localiser des proches perdus dans la marée humaine, grâce à des bracelets électroniques. Quatre Saoudiens ont, quant à eux, proposé le concept de poubelles à capteurs qui avertissent les éboueurs quand celles-ci sont pleines.

Mais l’application qui a emporté le premier prix – et la récompense attenante d’un million de riyals saoudiens, soit 230 000 € – est celle d’une équipe de quatre jeunes saoudiennes, qui ont imaginé un logiciel de traduction des panneaux de signalisation de l’arabe vers la langue natale des fidèles. Les deuxième et troisième places ont été respectivement attribuées à deux applications permettant de payer électroniquement via son smartphone et d’envoyer sa localisation ainsi que des photos à ses proches.

Des solutions déjà proposées

Sur le portail Internet du gouvernement saoudien, une liste d’applications mobiles est d’ores et déjà conseillée aux fidèles qui s’apprêtent à effectuer le célèbre pèlerinage cette année. Beaucoup d’entre elles permettent de se déplacer facilement à l’intérieur de la grande Mosquée. Plusieurs autres indiquent les toilettes et les points d’eau à proximité, ou encore le contact des services médicaux les plus proches.

D’autres encore donnent la possibilité aux pèlerins de signaler les incivilités dont ils seraient témoins. Une application, nommée « Hadaj » permet même de faciliter, photo à l’appui, l’achat du mouton sacrificiel faisant partie du rituel du hajj.

 

La Croix