Nord : une mosquée accusée d’apologie de terrorisme fermée par la préfecture

Une dernière prière du vendredi dans la mosquée avant sa fermeture pour une durée de six mois. La salle de prière Al-Sunnah, située à Hautmont, dans le Nord, sera fermée dès samedi 15 décembre 2018, a ordonné la préfecture du Nord jeudi 13 décembre. Cette décision a été prise « aux seules fins de prévenir la commission d’actes de terrorisme », a justifié dans un communiqué le préfet Michel Lalande.

Il aurait été porté à l’attention du préfet que la salle de prière relayerait des discours et des activités favorables « à la haine et à la discrimination et (qui) font l’apologie d’actes de terrorisme », notamment sur les prêches formulés à l’intention des non-croyants. « Des conférences ont été organisées au cours desquelles les intervenants ont tenu des propos de même nature », indique-t-on.

Les fidèles de la salle de prière Al-Sunnah ont accueilli la décision de la préfecture avec surprise. Nombre d’entre eux, selon La Voix du Nord, attestent n’avoir jamais entendu des prêches de haine au sein de ce lieu de culte. D’ailleurs, au lendemain des attentats en 2015, Al-Sunnah a organisé une conférence pour condamner ces « actes barbares » qui ne trouvent nullement de légitimité dans l’islam.

Questionnée sur cette fermeture, les responsables de l’association As Salam qui gère la mosquée ont affirmé qu’ils vont « se défendre pour contester cette décision ».

Al-Sunnah a ouvert ses portes sans fanfare en 2014 dans le local d’un ancien café. Au mois de juin 2018, la mairie a ordonné la construction d’une issue de secours, mais un contrôle effectué en septembre a démontré que cela n’a pas été effectué. Par la suite, le maire Joël Wilmotte a émis un arrêté municipal ordonnant la fermeture du premier étage du bâtiment, réduisant ainsi la capacité d’accueil de la salle de prière à quelque 90 personnes.

 

Saphirnews