Un rabbin passé par la case prison en Israël nommé av beth din du Maroc

Deux ans après sa libération de prison, le rabbin Yoshiyahou Pinto a été nommé juge rabbinique et responsable de la casheroute dans le pays musulman

Deux ans après sa libération de prison, le rabbin Yoshiyahou Pinto a été nommé dirigeant du tribunal rabbinique du Maroc.

Le rabbin a été assermenté à la grande synagogue de Casablanca lors d’une cérémonie officielle samedi soir, devant des centaines de personnes, dont des membres du gouvernement marocain.

Dans sa nouvelle fonction, avalisée par le roi du Maroc, Yoshiyahou Pinto officiera également notamment en tant que responsable de la casheroute du pays.

Pinto présidera cette “nouvelle institution de la communauté juive marocaine dont la tâche est essentiellement la mise en place d’une casheroute fiable apte à garantir le respect des prescriptions alimentaires à la communauté et aux 100 000 touristes juifs observant », indique un communiqué du Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM).

« Le CCIM a décidé la création d’un Beth-Din Maroc pour différencier les responsabilités des chambres rabbiniques, des tribunaux marocains avec les autres tâches du rabbinat dont la casheroute. Cette distinction est spécifique au Maroc où les tribunaux sont une partie intégrante du système judiciaire national”, précise le communiqué.

Toujours selon le CCIM, le grand rabbin sera nommé prochainement. “Dans un futur très proche, le CCIM procédera à la désignation et à l’intronisation du futur Grand Rabbin du Maroc dont la désignation est en cours de finalisation”, précise le secrétaire général du CCIM, Serge Berdugo, dans un communiqué.

Lors de la cérémonie, Pinto a promis à la petite communauté juive du royaume majoritairement musulman qu’ils « suivraient une nouvelle voie » sous sa direction. Il a également remercié le roi Mohammed VI pour son soutien.

Dans son discours, le rabbin a brièvement évoqué son passage d’un an en prison en Israël : « C’est Dieu m’a mis à l’épreuve ».

Ce rabbin kabbaliste qui jouit d’une grande popularité internationale auprès de célébrités et autres hommes d’affaires s’est installé au Maroc début 2017, après sa sortie de prison. Il avait été condamné pour corruption d’un officiel de la police en 2014.

Dans le cadre d’une négociation de peine, il avait accepté de témoigner contre Menashe Arviv, l’ancien chef de l’unité anti-corruption de la police, qui est soupçonné d’avoir accepté des avantages d’hommes d’affaires associés au rabbin.

À la tête de plusieurs organisations caritatives et d’institutions spécialisées dans l’étude de la Torah dans la ville côtière d’Ashdod et aux États-Unis, il a également fait l’objet d’un certain nombre d’enquêtes du FBI.

Le rabbin – dont les partisans comprennent Jay Schottenstein, le président de la marque de vêtements American Eagle Outfitters et le magnat israélien de l’immobilier Jacky Ben-Zaken – était soupçonné d’avoir détourné des fonds d’une de ses organisations caritatives, mais aucune charge n’a jamais été déposée contre lui.

En avril 2014, les procureurs fédéraux ont déposé une requête contre le républicain Michael Grimm, un membre du Congrès américain, pour avoir reçu des contributions des partisans de Pinto. Grimm a reconnu avoir reçu 250 000 dollars à 300 000 dollars des disciples du rabbin.

 

The Times of Israël