Visite controversée de dirigeants juifs américains aux Émirats arabes unis

Les Émirats arabes unis sont de plus en plus ouverts à accepter Israël et les Juifs, ont déclaré dimanche, après une récente visite de quatre jours dans le pays, les chefs d’une importante délégation de dirigeants juifs américains.

« C’était une visite très importante et intéressante et, je pense, stratégiquement importante », a déclaré Stephen M. Greenberg, président de la Conférence des présidents des grandes organisations juives américaines.

Lors d’une conférence de presse dimanche, avant la mission de leadership israélienne annuelle de la Conférence à Jérusalem cette semaine, M. Greenberg a déclaré que les dirigeants des Émirats arabes unis étaient également très fiers de constater qu’il existe une communauté juive croissante au sein de cet État musulman modéré. Nous les avons rencontrés. Nous avons présenté le chef de la communauté juive à des ministres importants. »

Malcolm Hoenlein, vice-président exécutif de longue date de la Conférence, a salué chaleureusement l’accueil de sa délégation, ajoutant que les Émirats arabes unis tenaient à se présenter comme un adversaire de l’extrémisme islamique.

« Ils ont un ministre de la Tolérance », a-t-il dit, ajoutant que les EAU reconnaissaient toutes les minorités religieuses.

« Le fait que certains aient même reconnu ouvertement la présence de la communauté juive à Dubaï en est une preuve supplémentaire », a-t-il déclaré.

« La tendance claire est maintenant à une société plus ouverte, plus modérée. Il y avait des endroits où nous marchions avec des kippas et les gens ne les enlevaient pas. Il n’y a jamais eu un seul commentaire, aucun regard sur qui que ce soit durant la semaine.

 

Il y a des offices hebdomadaires à la synagogue ad hoc de la communauté à Dubaï, selon Hoenlein. « Ils ont une structure. Ils ont deux rouleaux de Torah. Il y a une fête de Pourim, un seder de Pâque pour 160 personnes là-bas » a-t-il ajouté.

La communauté est composée d’avocats expatriés, de techniciens, d’hommes d’affaires des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et d’ailleurs. « Les offices étaient vraiment intéressants. Ils accueillent des gens de tous les niveaux d’observance religieuse, de ceux qui sont clairement marginaux à ceux qui sont clairement pratiquants. »

Il a ajouté : « Ils souhaitent évidemment qu’elle croisse. Il y a beaucoup plus de Juifs qui s’identifient à la communauté. Mais c’est une entreprise remarquable. C’est vraiment quelque chose d’admirable. »

Hoenlein, qui s’est également rendu récemment au Qatar, a souligné que la Conférence des présidents avait clairement indiqué à ses interlocuteurs des Émirats arabes unis qu’elle ne représentait ni l’administration américaine ni le gouvernement israélien. En même temps, il a déclaré que son organisation est courtisée par de nombreux pays musulmans et arabes qui sont intéressés à améliorer les liens avec le monde juif.

« Il y a un changement. Ce n’est pas quelque chose que les gens auraient pu imaginer il y a 10 ou même 5 ans, comment un pays arabe musulman ouvert, presque sans exception, veut nous rencontrer et voulait que nous venions. Nous avons plusieurs invitations en suspens, il y a un désir de nous rencontrer. »

Les dirigeants arabes sont enthousiastes à l’idée de coopérer avec Jérusalem, mais ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas le faire publiquement avant qu’un accord de paix israélo-palestinien ne soit conclu, car ils craignent les répercussions négatives de la part de leurs citoyens.

Hoenlein a déclaré que les délégués de la Conférence des présidents ont interpellé les responsables émiratis sur le fait que les judokas israéliens n’étaient pas autorisés à arborer leur drapeau ou leur hymne national lors d’un tournoi à Abu Dhabi l’année dernière.

« Nous avons bien sûr soulevé la question », a-t-il dit, mais il a indiqué que les Émirats arabes unis ne s’engageaient pas à permettre aux athlètes israéliens de participer en tant que tels à de futurs tournois.

 

The Times of Israël