Augmentation générale des actes racistes et antisémites en France en 2019

Les chiffres des actes de haine racistes, antisémites, antichrétiens et antimusulmans sont en hausse, selon un bilan du ministère de l’intérieur.

Les chiffres 2019 des actes de haine racistes, antisémites, antichrétiens et antimusulmans en France sont mauvais. Les données communiquées, dimanche 26 janvier, par le ministère de l’intérieur recensent, comme de coutume, deux types de faits : les « actions » (atteintes aux personnes et aux biens comme les violences physiques, les dégradations…) et les « menaces » (propos, gestes, inscriptions…).

Les faits antisémites ont été une nouvelle fois en hausse (+ 27 %), après le bond de + 74 % enregistré en 2018, par rapport en 2017. Pas moins de 687 faits ont été comptabilisés par les services de police. Parmi eux, les actions sont en recul, à 151, par rapport aux menaces (536). Rapportés au public potentiellement concerné, les faits antisémites demeurent sans commune mesure avec les atteintes enregistrées pour les autres secteurs de la population.

En 2019, cette nouvelle progression des manifestations antisémites s’est accompagnée d’un fort accroissement des faits « racistes et xénophobes » (1 142, soit + 132 %), après deux années consécutives de baisse.

« Cela traduit une montée des extrémismes identitaires, un climat de tension anxiogène, commente Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Le combat doit être tout aussi résolu contre la xénophobie et contre l’antisémitisme. »

Stabilité des actes antichrétiens

La hausse est aussi sensible pour les faits antimusulmans (+ 54 %). Leur nombre demeure « relativement faible » (154), souligne le ministère de l’intérieur. Parmi les 63 « actions », deux ont consisté en des fusillades devant deux mosquées, à Brest en juin 2019 et à Bayonne en octobre 2019, qui ont fait plusieurs blessés, dont un imam.

Alors que dans toutes les autres catégories, les « menaces » sont beaucoup plus nombreuses que les « actions », l’écart entre les deux n’est pas très élevé dans les actes antimusulmans. « C’est peut-être le signe que la prise de conscience n’en est qu’au début et que les personnes ne portent pas toujours plainte pour les menaces », observe Frédéric Potier.

Contrairement à l’impression qu’a pu laisser une série de profanations d’églises fin 2019, les actes antichrétiens demeurent stables ces dernières années, à 1 052 en 2019 (1 063 en 2018). Dans l’ensemble, souligne M. Potier, « ce sont quasi exclusivement les menaces qui augmentent, tandis que les actions sont en baisse. C’est peut-être le signe que les menaces ne sont plus banalisées, que les victimes portent davantage plainte et que leur plainte est sérieusement prise en compte ».

Le Monde