À Limoges, les confessions se font en mode drive-in

La banderole « Venez comme vous êtes » est en bonne place à l’extérieur du bâtiment. Et les voitures défilent les unes après les autres. Il ne s’agit pas de la devanture d’un McDonald’s rouvert pendant le confinement, dont les queues interminables font beaucoup parler sur les réseaux sociaux, mais bien d’une église. À Limoges, la paroisse Saint Jean-Paul II s’est inspirée de ce qui a pu se faire aux États-Unis à Washington et dans le Maryland ou encore à Acapulco au Mexique.

Elle a mis en place un drive-in « confession » sur le parking de l’église pour recevoir les fidèles, raconte Le Parisien. Depuis le 25 avril, il est donc possible de prendre le volant et de venir se confesser à travers la vitre auprès de l’abbé David de Lestapis. Assis sur une chaise, sous une tente, masque sur le visage, l’homme de foi écoute et pardonne les péchés.

« Les distances de sécurité sont respectées »

« Accueillir des personnes et leur donner le pardon de Dieu est l’un des sept sacrements. Là, nous sommes en plein air et les distances de sécurité sont respectées. Nous sommes donc dans notre rôle », explique au Parisien l’abbé David de Lestapis, qui a suivi, par le passé, des études en communication. Pour ne pas diffuser encore plus le virus, tout le monde est tenu de respecter les gestes barrières, et notamment la distanciation sociale.

Chaque samedi, les chrétiens peuvent ainsi venir de 10 heures à midi. En France, les lieux de culte sont fermés depuis le début du confinement le 17 mars dernier, au même titre que les stades, les restaurants, les cafés ou encore les cinémas. Le 11 mai prochain, la paroisse Saint Jean-Paul II ouvrira de nouveau dans des conditions bien particulières. Édouard Philippe a appelé à ce que les cérémonies religieuses ne reprennent pas avant le 2 juin.

 

Le Point