Saint-Quentin: Une fille voilée s’est vu refuser l’accès à la cafétéria du bowling

Le Courrier picard évoque une nouvelle affaire de discrimination à l’égard d’une femme portant un voile. Trois amies se sont rendues à la cafétéria du bowling de la BUL mercredi 24 décembre. À peine installées, un agent de sécurité arrive. «  Il nous a dit : Soit vous enlevez le foulard, soit vous quittez les lieux. Nous sommes parties  », explique Amina Moulai, présente au moment des faits. Son amie, voilée ce jour-là, enchaîne : «  Ce n’est pas la première fois que je vais au bowling. Même l’an dernier, j’avais joué avec mon foulard et mon fils a fêté son anniversaire là-bas. » La mère de famille s’estime victime de discrimination.

Pourtant, le gérant du site, Yannick Collet, indique que le règlement intérieur n’a pas changé depuis son ouverture, il y a quatre ans. « Le port du voile, de la casquette ou de tout autre vêtement qui dissimule en partie le visage est interdit. » Une pratique qui n’est pas réservée au bowling saint-quentinois, tient-il à préciser. « Nous sommes choquées et humiliées », insistent-elles. L’agent de sécurité les aurait accompagnées dehors. « Comme si nous étions des voleuses et sous les yeux des clients. »

Installée depuis vingt-deux ans à Saint-Quentin, habituée à porter une tenue européenne rehaussée d’un voile, la mère de famille musulmane (qui préfère rester anonyme) est confrontée pour la première fois à ce genre de situation. «  C’est vraiment créer des tensions pour rien ». Une réflexion avec laquelle Yannick Collet est bien d’accord. « Ça peut aller très loin, ce genre d’accusation », conclut l’article.

 

Oumma.com

 

Fatima Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques et privées désireuses de mieux comprendre leur époque.

Articles recommandés