Syrie-Irak : al-Qaida et l’EIIL fusionnent à la frontière

Le Front al-Nosra « a prêté allégeance à l’EIIL dans la nuit de mardi à mercredi », permettant à ce dernier d’être désormais des deux côtés de la frontière.

 

Les deux frères ennemis, l’État islamique d’Irak et du Levant (EIIL) et le Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaida, ont décidé de fusionner à Boukamal, la principale localité frontalière entre la Syrie et l’Irak, a indiqué mercredi une ONG. Le Front al-Nosra « a prêté allégeance à l’EIIL dans la nuit de mardi à mercredi », permettant à ce dernier d’être désormais des deux côtés de la frontière puisqu’il contrôle déjà la localité irakienne d’Al-Qaïm en Irak, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).Entraînement de combattants rebelles de la brigade salafiste Ahrar al-Sham, membre du Front islamique qui a lancé en janvier une vaste offensive contre les djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (photo d'illustration).

« Cet acte d’allégeance survient alors que l’EIIL progresse dans la province de Deir ez-Zor », dont fait partie Boukamal, dans l’est de la Syrie sur la frontière avec l’Irak, a précisé cette organisation. « Ils sont rivaux, mais ce sont tous les deux des djihadistes et des extrémistes. Cette allégeance créera des tensions avec les autres groupes rebelles, y compris les islamistes », qui contrôlaient la ville et ses environs, a précisé son porte-parole Rami Abdel Rahmane. En avril, le Front al-Nosra allié aux rebelles islamistes avait repoussé une attaque de l’EIIL sur cette ville, faisant une centaine de morts.

6 000 personnes ont été tuées

Excédés par les exactions attribuées à l’EIIL et sa volonté d’hégémonie, les rebelles islamistes et « modérés » et le Front al-Nosra avaient retourné début janvier leurs armes contre leurs ex-alliés dans le combat contre le régime de Bachar el-Assad, dans les zones sous leur contrôle. L’EIIL contrôle la province de Raqa (Nord) ainsi que des parties de celles de Hassaka (Nord-Est) et Deir ez-Zor (Est).

Dans le nord et l’est de la Syrie, plus de 6 000 personnes ont été tuées dans ces affrontements depuis janvier, selon l’OSDH. Le chef d’al-Qaida Ayman al-Zawahiri avait déclaré le Front al-Nosra comme étant la branche officielle d’al-Qaida en Syrie, désavouant clairement l’EIIL, qui voulait s’imposer comme le représentant du réseau extrémiste à la fois en Irak et en Syrie.

 

AFP

 

F.Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques et privées désireuses de mieux comprendre leur époque.

Articles recommandés