Le Front national lance un collectif des juifs

À un an de l’élection présidentielle, le Front national va lancer, en marge de son parti, un collectif spécialement destiné à l’électorat juif.

    Tout est parti d’un dossier du Jerusalem Post datant du 13 avril 2016, dans lequel on découvrait que le Front national était en train de créer un collectif des juifs. Une organisation informelle, en marge du parti, à destination des électeurs juifs. Pour expliquer la création de ce mouvement, le journal israélien précisait : « De plus en plus de juifs de banlieue, se sentant particulièrement menacés par l’antisémitisme musulman, estiment que le FN est le seul parti politique doté d’un programme susceptible de les protéger. »

La création de ce nouveau collectif avait été confirmée quelques jours plus tard par le Front national lui-même. À sa tête, Michel Thooris, décrit en 2011 par le blog Droite(s) Extrême(s) du site du Monde comme le « fantasque conseiller police de Marine Le Pen ». Durant sa carrière, ce syndicaliste policier est passé par le « Syndicat national des policiers en tenue (SNPT, gauche) puis à Action Police CFTC, qu’il a contribué à fonder », expliquait le blog, qui le décrivait comme un proche de l’extrême droite israélienne. La même année, Michel Thooris se rendait en Israël aux côtés de Louis Aliot, actuel vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen.
Opération séduction des juifs de France ?

D’après le blog Derrière le front de France TV Info, ce collectif s’inscrit dans une stratégie plus large du Front national qui cherche à séduire l’électorat juif avant la prochaine élection présidentielle. Il explique : « Le FN entame la période mariniste en s’affranchissant du négationnisme : une étape obligée pour une éventuelle normalisation. » Une manière pour Marine Le Pen de rompre avec la ligne adoptée par son père pendant de nombreuses années. Dans une interview accordée à Valeurs actuelles en 2014, Marine Le Pen décrivait même le Front national comme « le meilleur bouclier pour les juifs ». Des appels du pied répétés de la part de la présidente du Front national, qui est bel et bien lancée dans la course à la présidentielle.

 

6 Médias