Arabie Saoudite. Des centaines de milliers de pèlerins présents au premier jour du hajj à La Mecque

Après trois ans de restrictions liées à la pandémie de Covid-19, plus de deux millions de musulmans ont entamé ce dimanche le hajj, l’un des cinq piliers de l’islam, à La Mecque en Arabie saoudite.

 

Kaaba, Mecque, Islam, Hajj, Boîte, KaabaPlus de deux millions de musulmans ont entamé, ce dimanche 25 juin 2023, le pèlerinage annuel à la Mecque en Arabie saoudite, le premier avec autant de fidèles venus de 160 pays dans le royaume depuis la crise sanitaire liée au Covid-19. Un responsable saoudien a déclaré s’attendre à un record d’affluence. « Cette année, nous assisterons au plus grand pèlerinage de l’histoire », si les choses se déroulent comme prévu.

Une chaleur écrasante

Un des cinq piliers de l’islam, le hajj, doit être accompli au moins une fois dans la vie d’un musulman pratiquant qui en a les moyens. Il consiste en une série de rites religieux accomplis pendant plusieurs jours dans la ville sainte et ses environs.

Dimanche soir, les pèlerins doivent se rendre à Mina, à environ cinq kilomètres de la Grande Mosquée, où ils passeront la nuit, avant le rite principal au Mont Arafat, où le prophète Mahomet aurait prononcé son dernier sermon

Plus de deux millions de pèlerins

Le hajj, qui coûte au moins 5 000 dollars par personne, est une importante source de revenus pour le premier exportateur mondial de pétrole, qui tente de diversifier son économie.

Avant la pandémie du Covid-19, il rapportait plusieurs milliards de dollars par an. Les autorités espèrent cette année se rapprocher du seuil des 2,5 millions de pèlerins atteint en 2019, après avoir accueilli 926 000 visiteurs en 2022. En 2020 et 2021, au plus fort de la crise sanitaire, seules quelques milliers de personnes avaient été admises.

Le hajj est aussi l’occasion, pour les autorités, de montrer des évolutions sociales dans le royaume ultraconservateur, face aux accusations de violations des droits humains. En 2021, les femmes ont été autorisées à faire le pèlerinage sans être accompagnées d’un tuteur masculin.

 

Ouest France

F.Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques et privées désireuses de mieux comprendre leur époque.

Articles recommandés