Deux femmes voilées privées de plage à Wissous

Le maire UMP de Wissous, dans l’Essonne, a refusé l’entrée de l’opération estivale Wissous Plage à deux femmes portant le hijab.

 

Le maire UMP de Wissous (Essonne) a refusé samedi l’entrée de l’opération estivale Wissous Plage à deux femmes voilées au motif que le règlement des lieux interdit le port de signes religieux, provoquant l’ire d’une association locale, a-t-on appris mardi de sources concordantes. « M. le maire était présent samedi le jour de l’ouverture », a dit à l’AFP Patrick Kitsaïs, le directeur de cabinet du maire Richard Trinquier, confirmant une information du Parisien. « Deux mamans sont arrivées avec leurs enfants. Elles portaient un hijab, qui recouvre les cheveux et les oreilles. Il leur a dit gentiment que si elles voulaient accéder à la structure, elles ne pouvaient pas rentrer avec », a-t-il ajouté. Deux femmes voilées se sont vu priver de plage à Wissous. Photo d'illustration.

Règlement « discriminatoire »

Selon Patrick Kitsaïs, le maire a mis en avant le règlement de l’espace, qui interdit « le port de signes religieux ». « Dans la transparence de la République et au nom de la laïcité, M. le maire a souhaité que cet article figure pour qu’il n’y ait aucun souci », a expliqué Patrick Kitsaïs. Richard Trinquier s’appuie, selon son directeur de cabinet, sur la loi de 2004 sur le port de signes religieux en milieu scolaire, estimant que ce texte s’applique à Wissous Plage, qui est un établissement recevant du public (ERP) et pas un lieu public.

Alerté samedi par l’une des femmes refoulées, Abdelkrim Benkouhi, de l’association Al Madina, qui tente de mettre en place « des cours d’arabe et de religion » dans la ville, est allé rencontrer le maire. « Je lui ai dit que la loi de 2004 ne s’appliquait qu’aux établissements scolaires », a-t-il raconté à l’AFP. « Vous n’allez pas faire du prosélytisme parce que vous allez jouer avec votre enfant sur du sable », a-t-il ajouté, jugeant ce règlement « vraiment discriminatoire ». Selon lui, une troisième femme voilée s’est vu refuser l’entrée de Wissous Plage samedi. Son association envisage de porter plainte « si la mairie ne change pas d’avis ». « Ce règlement choque beaucoup de gens. Ça va juste créer de la zizanie et anéantir le vivre ensemble », assure-t-il.

 

AFP

 

Fatima Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques ( Loi de 1905) et aux organisations privées.

Articles recommandés