Les évêques maronites dénoncent les attaques contre Sleiman

Les évêques maronites ont dénoncé mercredi, à l’issue de leur réunion mensuelle, les attaques contre  le président libanais Michel Sleiman. « Quand la tête est atteinte par une flèche, le corps entier souffre », ont estimé les prélats, alors que Michel Sleiman a été la cible d’attaques acerbes de la part du Hezbollah le week-end dernier. A l’origine de cette recrudescence de la tension, la mise en avant par le chef de l’État du triptyque « terre-peuple-valeurs communes », face à celui porté par le Hezbollah et ses alliés, « peuple-armée-résitance ».

Les évêques ont appelé toutes les parties à cesser leurs attaques par respect pour la nation et ont souhaité la réussite de la conférence de Paris à laquelle participe aujourd’hui le président Sleiman et qui a pour but d’aider le Liban sur le plan humanitaire, économique et militaire.

Une conférence à laquelle s’est rendue le président sans accord sur une déclaration ministérielle. Sur ce point, les évêques ont souhaité que la commission chargée de rédiger la déclaration s’inspire du mémoire de Bkerké, soulignant que ce document a suscité un soutien national unanime. Les prélats ont appelé au respect de l’échéance présidentielle, soulignant en outre que les points de divergence devraient être discutés dans le cadre de la conférence du dialogue national. 

Les prélats ont, par ailleurs, salué les efforts de l’armée et des services de sécurité dans leur lutte contre le terrorisme. « Le Liban risque de devenir un pays sans frontières », ont encore mis en garde les évêques, alors que se multiplient les raids syriens et tirs de roquettes de la part des rebelles dans les zones de la Békaa proches de la frontière syrienne.

Des opérations dénoncées par les évêques maronites, de même que le raid israélien perpétré lundi dernier contre une position du Hezbollah à la frontière syro-libanaise.

Sur le dossier syrien, les prélats maronites ont enfin appelé l’ONU à mettre fin aux atteintes contre les chrétiens en Syrie de la part d’extrémistes musulmans, indiquant que l’islam est étranger à ces actes.

 

L’ Orient Le Jour

 

F.Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques et privées désireuses de mieux comprendre leur époque.

Articles recommandés