Nigeria : des dizaines de morts dans une série d’attaques

Une nouvelle attaque d’éléments présumés du groupe islamiste Boko Haram a fait 39 morts dans un village du nord-est du Nigeria, ont indiqué dimanche des témoins, un raid qui porte le bilan du week-end à près de 75 morts au minimum. Alors que les habitants se préparaient samedi à la prière du soir, des dizaines d’assaillants vêtus d’uniformes de l’armée et circulant à bord de véhicules 4 x 4 ont attaqué la localité de Mainok, à quelque 50 kilomètres à l’ouest de Maiduguri, capitale de l’État de Borno, lançant des grenades et tirant au fusil-mitrailleur.

L’attaque est intervenue en même temps qu’un double attentat à Maiduguri, fief de Boko Haram, qui a fait au moins 35 victimes, selon la police, une cinquantaine, selon d’autres informations non confirmées dans l’immédiat. « Ils sont arrivés vers 19 heures et ont commencé à tirer aveuglement à l’aide de fusils lance-grenades RPG, d’explosifs divers et de fusils AK-47 », selon un des témoins, Yahaya Umar. « Ils ont tué 39 personnes qui ont été enterrées ce matin, détruisant toute la localité », a-t-il ajouté. Un autre témoin Abdullahi Gana a donné la même version des faits, affirmant : « Nous étions en train de nous lamenter sur le double attentat de Maiduguri lorsque les assaillants sont arrivés. »

Le président François Hollande « condamne avec la plus grande fermeté les attentats terroristes commis samedi et dimanche au Nigeria, qui ont fait plusieurs dizaines des victimes ». Dans un communiqué, le chef de l’État « réitère » auprès des autorités et du peuple nigérians « la solidarité de la France face au terrorisme ».

Au moins 74 morts en deux jours

La police et l’armée n’étaient pas disponibles pour commenter cette nouvelle attaque qui porte à 74 au minimum le nombre des personnes tuées par Boko Haram durant ce seul week-end.

Le groupe a attaqué à plusieurs reprises la localité de Mainok au cours des deux dernières années et l’assaut le plus meurtrier avant celui de samedi avait fait 25 morts en juillet dernier.

Le conflit a fait des milliers de victimes depuis le début de l’insurrection des islamistes il y a quatre ans, victimes des raids et attentats sanglants de Boko Haram, mais également des opérations de l’armée. Celle-ci a lancé une grande offensive anti-islamistes en mai dernier dans le nord-est du Nigeria, mais les violences s’y sont poursuivies, faisant déjà quelque 1 500 morts depuis, selon les chiffres de l’ONU et un décompte de l’AFP.

 

AFP

F.Achouri

Sociologue spécialiste de l’islam contemporain.

Nos services s'adressent aux organisations publiques et privées désireuses de mieux comprendre leur époque.

Articles recommandés