Yémen : la France appelée à cesser le « commerce macabre » de la vente d’armes

Troisième plus grand exportateur d’armes dans le monde entier, la France est appelée d’urgence à cesser d’armer la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite au Yémen où sévit une guerre sanglante depuis 2014.

L’ONG SumOfUs a lancé, jeudi 15 février, une pétition afin que la France prenne le parti des milliers de victimes au Yémen. « La monarchie saoudienne est l’un des principaux clients des industriels de l’armement français : elle leur a acheté près de 9 milliards (!) d’armes entre 2010 et 2016 », lit-on. Des chiffres sourcés de l’Observatoire des armements dont Orient XXI en a fait l’écho en septembre 2017.

« La France a ratifié en 2014 un traité sur le commerce des armes qui prévoit qu’un Etat signataire ne peut pas autoriser une vente d’armes qui serait utilisée contre des civils. Or, l’arsenal militaire dont s’est dotée l’Arabie Saoudite ces dernières années a largement été dirigé contre les populations civiles du Yemen. Paris aurait dû sonner l’alarme et faire respecter les accords », souligne l’organisation, qui appelle le président Macron « à se distinguer de son prédécesseur (François Hollande) en faisant cesser ce commerce macabre ».


Suivre l’exemple allemand

Le Canada, la Norvège et la Belgique ont gelé ces derniers mois leurs exportations d’armes aux belligérants impliqués dans la guerre au Yémen. Angela Merkel, la chancelière allemande, a également pris une décision similaire en janvier pour son pays.

Emmanuel Macron va-t-il suivre l’exemple de son homologue allemande ? « Un enfant meurt toutes les dix minutes au Yémen à cause d’une guerre aussi terrible qu’injuste qui enrichit l’industrie de l’armement », signifie SumOfUs. La guerre au Yémen est considérée comme « la pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale » par les Nations Unies.

Saphirnews